20 février 2010

Bentley Continental GTC Supersports

Bentley, symbole du charme anglais distingué, décide d'aboutir la gamme Continental, en offrant au cabriolet GTC la déclinaison ultime de ce modèle : la version Supersports. Faut-il le rappeler, cette Supersports est le mélange des extrêmes : puissance maximale, avec carburant écologique ! C'est même toute la gamme Continental, au moteur W12, qui peut désormais s'abreuver à l'E85, le fameux éthanol. Mais avec la Supersports, le W12 montre toute sa cavalerie : 630 chevaux.

La Bentley Continental GTC Supersports

Depuis 2003, Bentley possède une entrée de gamme -toutes proportions gardées, elle débute au delà des 100.000 €. Nommée Continental, c'est l'aboutissement du rachat par le Groupe Volkswagen à la fin des années 90. Un rachat qui a permis de sauver Bentley, qui possède avec la Continental un modèle au charme suranné mais à la technologie avancée. Le cabriolet GTC (C pour Convertible) est née d'une simple ablation du chef du coupé GT, et propose donc des performances équivalentes. Preuve en est avec la Supersports, qui malgré un régime sec de 100 kg, pèse toujours 2,4 tonnes : une véritable signature Bentley !

Un profil magnifique

Tout le paradoxe de la Continental se situe donc dans son mélange des extrêmes : après le moteur, c'est dans le design qu'il réside. Malgré une taille de sumotori, la belle est à la fois équilibrée et légère. Le charme de l'intérieur finit de convaincre le possesseur d'une telle voiture qu'il a entre les mains une véritable déesse. Le plus difficile ? Choisir entre cette "Conti" GTC, et ses rivales directes : Aston Martin DBS Volante, Mercedes SL, Audi R8 et Alfa Romeo 8C Spider... et tant d'autres must have !

Des performances de haute volée, pour une majesté inatteignable.

Avec une répartition du couple de 800 Nm en 40/60 (la Conti est une transmission intégrale), la vitesse maximale de la GTC Supersports est promise à 325 km/h, avec un 0 à 100 mesuré en 4,2 secondes. Stratosphérique, tout comme sa consommation finalement sobre : 16,7 l aux 100 km, pour un total de 388 g de CO² au km. De grâce, si cette Supersports se donne un alibi écologique de par son alimentation à l'éthanol (qui comme chacun sait, n'est pas si bénéfique pour la planète), elle reste une voiture pour qui se soucie peu de l'environnement.

Sur ce dernier jugement, il faut être critique. En toute honnêteté, il serait préférable pour nos yeux de croiser plus souvent des GTC Supersports ! Disponible en trois coloris, Blanc Satin, Magenta ou Orange Flamboyant, cette Continental restera un oiseau rare, qui ne trahit en rien les habitudes du B ailé de Bentley.

Commentez cet article en cliquant.

François Mortier.

1 commentaire:

Alain Kerbrat a dit…

Excellent blog, beau boulot. Merci pour ces info en provenance de Genève.
Je vous rajoute à ma liste de blogs interessants sur le mien qui traite de l'info automobile (plus orientée économie).

Bonne continuation